CONTRAT DOCTORAL Région Pays de la Loire – Université du Maine

Par défaut

ED STT (Sociétés, Temps, Territoires) de l’Université Bretagne-Loire (à partir du 01/09/2017)

Sujet de thèse 

« Crises environnementales et traditions locales : regards croisés sociétés antiques / sociétés de l’Océan Pacifique »

Mots-clés : catastrophes naturelles, géomythologie, résilience, tradition orale, Australie, îles du Pacific, Méditerranée antique.

Description du sujet de la thèse

Dans l’antiquité les récits de changements environnementaux majeurs constituent un ensemble complexe et hétérogène où les témoignages historiques bien datés de la littérature savante côtoient des traditions mythiques locales dont l’origine et la chronologie sont plus difficiles à établir. Selon une approche multi-disciplinaire et comparative, le sujet de la thèse se propose d’étudier les récits de l’antiquité classique et les traditions orales des sociétés aborigènes d’Australie et/ou des îles du Pacifique des périodes plus ou moins récentes de l’histoire. Il s’agira d’établir plus précisément :

–           Si, dans un espace géographique donné, les récits antiques, à caractère historique ou mythologique, trouvent confirmation dans les archives sédimentaires holocènes par la mise en évidence de « marqueurs » spécifiques.

–           Quel est l’impact politique, sociétal et économique d’un tel changement environnemental, notamment en ce qui concerne le réaménagement des territoires.

–           Quels sont les mécanismes et les modalités de la transmission orale du souvenir de ces mêmes évènements au fil des générations.

–           Quelles ont été les conséquences en termes de résilience collective, que ce soit dans la tradition « mythique » ou dans la tradition « savante ».

La première année de la thèse sera consacrée au dépouillement bibliographique et à la mise à jour des répertoires déjà existants dans les différentes disciplines – littérature et épigraphie antiques, archéologie, géoarchéologie – afin de sélectionner un nombre représentatif de bouleversements environnementaux majeurs qui se sont produits sur le pourtour du bassin méditerranéen dans l’antiquité gréco-romaine, notamment ceux qui, n’étant pas précisément datés par les sources textuelles, sont néanmoins bien localisés par celles-ci dans l’espace.

Au cours des deuxième et troisième années le travail de thèse consistera à essayer de comprendre comment se construit le récit d’une crise environnementale et quelle est la nature des représentations collectives qu’elle génère, que ce soit dans la tradition « mythologique » ou dans la tradition « scientifique » antique. Dans une perspective multi-disciplinaire, on testera ainsi l’utilité d’une approche « géomythologique », telle qu’elle a été proposée jadis par D. Vitaliano (1973), afin de vérifier la possible identification des récits mythologiques antiques aux événements catastrophiques reconnus par la science contemporaine. Dans une perspective comparative, on prendra en compte également un échantillon significatif des études ethnographiques sur la mémoire orale de crises environnementales majeures (remontée eustatique du niveau marin, éruptions volcaniques, tsunamis…) transmise sur plusieurs générations au sein de différentes tribus polynésiennes, micronésiennes, mélanésiennes et/ou australiennes, etc.

Dans le cadre de la formation doctorale, en fonction des financements disponibles, un ou deux séjours sur le terrain en Australie et/ou aux îles Fiji sont prévus.

Encadrement

Le doctorant ou la doctorante sera inscrit-e à l’Université du Maine à partir de la rentrée universitaire 2017. Il/Elle effectuera ses recherches sous la direction de Rita Compatangelo-Soussignan (Professeur d’Histoire Ancienne à l’Université du Maine, Le Mans), en co-encadrement avec Patrick Nunn (Professeur de géographie à l’Université of Sunshine Coast, Queensland, Australie).

La recherche doctorale s’inscrira au sein de l’équipe « Sociétés Milieux Climats » de l’UMR 6566 – CReAAH (Centre de Recherches en Archéologie, Archéosciences, Histoire) et elle participera aux différents programmes dans lesquels celle-ci est engagée.

La durée du contrat doctoral est de trois années

Diplôme et compétences requis 

Master 2 (déjà obtenu ou à soutenir avant le 01/07/2017) dans l’une des disciplines suivantes :

– histoire

– archéologie

– lettres classiques

– anthropologie

– géographie

La connaissance des langues anciennes (grec et latin) est nécessaire. La maîtrise de la langue française (écrite, lue, parlée) et de la langue anglaise (lue et parlée) est exigée.

Composition du dossier de candidature

– CV détaillé avec relevé des notes du M2 ou du M1 (pour les candidats inscrits en M2 qui obtiendront leur diplôme cette année) et, si disponible, l’indication du rang dans la promotion.

– lettre de motivation

– publications éventuelles

– Optionnel : lettre(s) de recommandation

Date limite de dépôt des candidatures : 8 juin 2017

Le dossier doit être envoyé (format .pdf) à : rita.soussignan@univ-lemans.fr

Pour plus d’informations : rita.soussignan@univ-lemans.fr

Les candidats retenus pour l’audition, qui aura lieu fin juin, seront prévenus le 15 juin au plus tard. Les candidats étrangers non-résidents en France pourront être auditionnés en vidéo-conférence

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s